La Chine veut ses nouvelles routes de la soie, l’Inde celles du Cachemire

L’inscription d’OBOR dans la Constitution chinoise risque de créer des tensions avec l’Inde, fermement opposée à un couloir économique Chine-Pakistan passant par le Cachemire.

 

Article-3

Un soldat pakistanais protégeant le port de Gwadar, élément clé du corridor Chine-Pakistan. Crédits : AFP.

 

Le XIXe Congrès du Parti Communiste, qui s’est tenu du 18 au 24 octobre 2017, a vu l’inscription du projet phare des Nouvelles Routes de la Soie ou OBOR dans les statuts du parti. Au grand dam du voisin indien, inquiet des projets économiques chinois avec le Pakistan dans la région disputée du Cachemire.

La principale préoccupation de l’Inde est que Pékin a fait du corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), passant par cette région sous contrôle pakistanais mais revendiquée par New Delhi un porte-étendard du projet OBOR en Asie du Sud-Est. Déjà absente lors du grand sommet consacrée à OBOR en mai dernier, l’Inde a aussi publiquement critiqué d’autres aspects d’OBOR, notamment un manque de transparence et un grand nombre de projets qui provoquent « des fardeaux de dettes » sur les Etats emprunteurs.

« Nous attendons patiemment que l’Inde comprenne la signification d’OBOR » avait déclaré le chef stratégie chinois Wang Dehua au journal India Today pour répondre aux inquiétudes indiennes. « En Inde, beaucoup de personnes ont toujours une mentalité de Guerre froide. Ils disent que OBOR étend les intérêts de la Chine en Asie du Sud. L’Inde a une approche ambigüe, elle hésite à se joindre ou non au projet, mais je pense que le rejoindre est le meilleur choix pour elle » a-t-il ajouté, tout en précisant que l’Inde avait déjà un pied dans le projet à travers le couloir économique Bangladesh-Chine-Inde-Myanmar (BCIM), qui est considéré comme une partie d’OBOR, alors que l’Inde a toujours publiquement rejeté l’initiative complète.

La Chine n’a elle montré aucune volonté de rassurer les Indiens sur ce qui les préoccupent vraiment par rapport au CPEC. Cette inquiétude fut en tout cas suffisante pour les Américains, puisque l’administration Trump a ouvertement soutenu la position du gouvernement indien lors de la visite début octobre du secrétaire américain à la Défense Jim Matthis. Il souscrit alors à l’argument selon lequel le couloir économique passe dans une zone disputée, symbolisant selon lui la vulnérabilité d’un projet que la Chine cherche à imposer à ses partenaires, alors qu’il devrait être selon lui plus négocié.

Au-delà de tous ces arguments contestables de part et d’autre, la question de la sécurité de cette zone reste un sujet essentiel. Le 19 octobre dernier, un attentat a été perpétré dans le port de Gwadar, infrastructure clé du projet OBOR, faisant 26 blessés. Aucune organisation n’a revendiqué l’attaque qui s’est déroulée dans un port reconstruit et géré par des cadres chinois, au point que deux bateaux ont été offerts par les Chinois à la Marine pakistanaise pour que cette derniers protègent le mieux possible les infrastructures et les civils.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s