OBOR ou BRI ? Changement de vocabulaire au sommet

Alors que le monde commençait tout juste à s’habituer à entendre parler du projet pharaonique des nouvelles routes de la soie comme du projet « One Belt One Road (OBOR) » et que ce dernier gagnait en popularité sous cette appellation attractive, le gouvernement chinois  a décidé d’opérer un changement de terminologie dans sa diplomatie. Désormais, le projet sera présenté  au monde comme la « Belt and Road Initiative ». Quelles sont les motivations de ce changement terminologique et que traduit-il de l’ambition chinoise pour son projet des nouvelles routes de la soie ?

 

Les routes de la soie en Eurasie
source : Institut Français des Relations Internationales (IFRI)

 

Pour comprendre l’évolution de la terminologie diplomatique chinoise, il faut comprendre les critiques émises à l’encontre de l’ancienne appellation utilisée par les autorités chinoises. Ce changement de vocabulaire intervient après que l’ancienne appellation utilisée par les autorités chinoises ait été source de malentendus et de critiques. Depuis le lancement du projet en 2013, la Chine présentait son projet sous le nom de « One Belt One Road  (OBOR) », traduction littérale du nom chinois porté par le projet « Yi Dai Yi Lu – 一带一路 » en français « Une ceinture, une route ».  Le terme « ceinture » renvoie à la mise en place de corridors terrestres reliant la Chine et l’Europe via l’Asie centrale, et le terme « route » renvoyait lui à la mise en place des routes maritimes reliant la Chine à l’Afrique de l’Est et à la Méditerranée.

Le problème de cette traduction anglaise, c’est qu’elle a semé la confusion parmi les pays concernés par le projet, laissant ces derniers à penser que la Chine souhaitait ne construire qu’une seule route terrestre et qu’une seule route maritime. Ce malentendu a placé ces partenaires potentiels en situation de concurrence, chacun d’entre eux souhaitant être un maillon de ces routes et bénéficier des financements chinois.  De plus, le terme « One Belt One Road » véhiculait pour beaucoup l’image d’une construction  unilatérale servant uniquement les intérêts chinois. La Chine était ainsi accusée de redessiner arbitrairement le commerce mondial dans son intérêt propre, provoquant une certaine méfiance chez ses partenaires.

Face à ces critiques, le Parti Communiste Chinois (PCC) a demandé à l’Académie Chinoise des Sciences Sociale et au Bureau  Central de Compilation et de Traduction de travailler sur une nouvelle appellation officielle en langue anglaise pour le projet. Ces institutions ont retenu  l’appellation de « Belt and Road Initiative (BRI) ». Cette appellation se veut plus inclusive et moins sino-centrée en présentant le projet comme « connectant l’Asie, l’Europe et l’Afrique » en 5 routes maritimes et terrestres dans un esprit « gagnant-gagnant » que la Chine met en avant depuis le lancement du projet.

La Chine s’est donc résignée à réviser sa terminologie sur la scène internationale, et adopter l’appellation « Belt and Road Initiative (BRI) », sacrifiant le populaire « One Belt One Road (OBOR) » pour éviter les malentendus et les critiques. Ce changement de vocabulaire montre à quel point la Chine cherche à défendre son image de puissance soucieuse du multilatéralisme et du développement global et n’a donc rien d’anodin ; il met en évidence l’intention d’étendre le projet des nouvelles routes de la soie plus largement qu’initialement prévu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s