Smart city et Nouvelles Routes de la Soie, le chemin vers une révolution urbaine en Chine ?

Suite de nos articles consacrés aux ateliers qui seront proposés lors de l’Open Bretagne-Chine 2018. Aujourd’hui, arrêt sur les « smart cities », ce concept qui révolutionne depuis quelques années le développement urbain. La Chine souhaite se placer à la pointe dans ce domaine, notamment grâce aux Nouvelles Routes de la Soie, et la Bretagne a beaucoup à apporter en la matière.

article OBOR smart cities
Photo d’illustration, Shanghaï.

Développée avec succès en Chine depuis la seconde moitié des années 2000, la notion de « smart city » (ville intelligente) correspond de manière très large à l’utilisation des nouvelles technologies dans le développement et la gestion urbaine. Cette « technologisation » de l’espace et des réseaux urbains se caractérise notamment par l’usage du Big Data, qui permet alors d’envisager une appréhension immédiate et totale de la ville pour optimiser son fonctionnement. Les smart-cities sont aussi souvent associées à une amélioration de la qualité de vie des habitants, ainsi qu’à une forte volonté de lier le progrès technologique à la transition environnementale.

En Chine, cette nouvelle dynamique urbaine se nourrit tout particulièrement du partenariat de coopération signé entre l’Union Européenne et le ministère chinois de l’Industrie et des technologies de l’information en 2011. Celui-ci vise à la création d’un référentiel sino-européen d’expertise sur la ville intelligente et a notamment déjà permis la publication d’un livre blanc commun UE-Chine en 2014 ainsi que plusieurs réunions et actions conjointes de haut niveau. Le colossal projet de Grand Wuhan démontre alors bien que du côté européen, les entreprises françaises tiennent déjà une place de premier rang dans ces échanges.

Les enjeux de la croissance urbaine en Chine sont nombreux. Ce phénomène représente une réelle opportunité pour les entreprises françaises spécialisées dans ce secteur innovant. Les migrations urbaines et la pression démographique font des villes chinoises des haut-lieux de la réflexion sur l’urbanité et les réseaux, à l’heure de la transition digitale et environnementale. Les Nouvelles Routes de la Soie ont aussi pour objectif d’accompagner cette mutation des villes chinoises, en utilisant les savoirs-faire venus du monde entier. Pour discuter de ces derniers en France et ailleurs, nous pourrons écouter Pierre Clément d’Arte Charpentier, architecte et urbaniste, membre de la Société Française des Urbanistes.

La Bretagne est l’une des régions françaises les plus innovantes en matière de nouvelles technologies. Elle dispose en particulier en matière urbaine d’un savoir-faire de pointe, porté par un tissu important d’acteurs innovants. Le territoire bénéficie notamment du grand dynamisme de la métropole rennaise, déjà reconnue comme une référence nationale en matière de développement urbain.

Déjà évoqué dans un précédent article, le consortium franco-chinois ThingPark China est un exemple de franche réussite bretonne dans le secteur des « smart cities », et plus précisément de l’Internet des Objets (IoT). Composé de la société bretonne Actility, basée à Lannion, et Ginko Ventures, deux entreprises consacrées aux objets connectés, cette association a signé un contrat avec le district de Xi’an et le groupe Shaanxi radio and television network pour l’installation dans la ville de Beilin d’un réseau internet qui testera cette technologie de l’IoT. Actility fut choisie par le gouvernement chinois lui-même pour ce projet, qui fait partie des Nouvelles Routes de la Soie.

D’autres sociétés bretonnes ont réussi leur implantation en Chine grâce à leur expertise. C’est le cas de la société Siradel, à Rennes, référence du planning urbain et de la modélisation 3D. La technologie de Siradel accompagne les nouvelles politiques de l’aménagement urbain et de la gestion de la ville issues des plate-formes 3D, telles que des logiciels de création, des maquettes numériques et des solutions de gestion du cycle de vie des produits. Pour aborder plus en profondeur les capacités des entreprises bretonnes dans ce domaine, nous serons attentifs aux paroles de Laurent Bouillot, président de Siradel. La société est implantée à Saint-Grégoire, Shanghai, Toronto et Hong Kong, et s’inscrit dans cette dynamique de réflexion sur le développement technologique des villes.

En appui de ce secteur en pleine expansion, le tissu universitaire et académique breton se démarque alors par la qualité de ses formations et un cadre de recherche privilégié. Ce développement prometteur s’illustre par des succès tel que celui de « Team Solar », un projet engagent des élèves du secondaire et des étudiants du supérieur issus de grandes écoles rennaises d’ingénieurs et d’architectes, seule équipe française sélectionnée pour participer à la finale en Chine d’un concours de rénovation urbaine qui rassemblera près d’une vingtaine d’équipes du monde entier. Nous aurons la chance de recevoir Jonathan Ninzatti, un représentant de ce projet, lors de notre atelier.

Alors que la Chine s’engage dans une transition urbaine de grande envergure, la Bretagne est donc en mesure de se saisir des possibilités ouvertes par les Smart Cities pour nouer de fructueuses collaboration avec l’Empire du Milieu, et par la même occasion de soutenir le développement d’un secteur porteur, qui lui assurera une place de choix dans l’économie de demain. Cet atelier aura pour but de présenter ces possibilités et de débattre des solutions pour les transformer en initiatives profitables pour les entreprises bretonnes et chinoises.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s