Atelier culture et échanges culturels

Mots-clés : coopération universitaire ; institutions culturelles ; forte demande chinoise ; connaissance mutuelle ; intercompréhension

 

kevin-bluer-350495.png

 

Rennes, première ville en France à accueillir des chinois

Il y 52 ans, Rennes était la première ville française à accueillir des étudiants chinois. Au milieu des années 80, la Région Bretagne a instauré des liens privilégiés avec la province de Shandong.

Encore aujourd’hui, les universités et écoles bretonnes sont dynamiques lorsqu’il s’agit de promouvoir les échanges avec la Chine. À titre d’exemple, l’existence de filières franco-chinoises à l’ESC Rennes et à Sciences Po Rennes illustre également cette volonté de renforcer les liens entre les deux territoires. L’ enseignement professionnel n’est pas en reste. À titre d’exemple, des accords viennent d’être signés entre France Chine International et le Lycée Professionnel N° 3 de la ville de Jinan. Ils ont pour objectifs d’assurer des formations gastronomiques et œnologiques et de porter l’image de la gastronomie française, symbole d’excellence en Chine.  La Faculté des Métiers de Ker Lann a déjà pu faire part de son savoir-faire au cours du mois de novembre dernier. Lors de l’évènement  «Art de Vivre à la Française, un chef étoilé en Chine» le chef étoilé breton Ma-thieu Kergourlay a parrainé en novembre 2017, la promotion 2017/18 de ce Lycée qui intègre désormais la gastronomie française. C’était une première en Chine.

 

Une riche coopération culturelle, non sans barrières

Mais le milieu universitaire n’est pas le seul à participer au dynamisme des relations franco-chinoises. La Bretagne compte de nombreuses institutions et rassemblements visant à promouvoir les échanges culturels. L’Institut Confucius en Bretagne, établi à Rennes, ainsi que son antenne à Brest, dispensent des cours de mandarin à un large public. De nombreuses associations ont également pour objectif de renforcer les liens entre les deux pays, tel par exemple France Chine International, qui organise de nombreux évènements visant à mettre en lumière la richesse de ces échanges culturels.

Ainsi, les arts plastiques, la musique… ont déjà fait l’objet d’expositions ou de concerts. La première résidence pour artistes bretons en Chine vient d’être créée à Wenzhou, ville portuaire de 13 millions d’habitants, se situant dans la province du Zhejiang. Cinq artistes français aux univers bien définis sont déjà à Wenzhou pour créer en situation d’immersion totale au sein de la culture et de la société chinoise. Les œuvres originales et exclusives émanant de ce processus de création seront exposées dans le musée Zhitong en cours de construction, mais seront également vendues. L’association a accompagné en 2017 l’artiste bretonne Cécile Corbel, double disque d’or au Japon, pour une série de concerts à Shanghai, Guangdong, Pékin et Xi’An. Cécile Corbel, auteur, compositeur, harpiste, chanteur est une des plus brillantes ambassadrices de la musique bretonne d’aujourd’hui.

Malgré ce dynamisme des institutions en Bretagne, des écarts de perception persistent, et conduisent parfois à l’incompréhension face aux différences culturelles de ces deux territoires. Il s’agit donc de promouvoir les efforts déjà réalisés en Bretagne en matière de coopération culturelle avec la Chine. La renaissance des routes de la Soie est ainsi une occasion de resserrer plus encore les échanges culturels entre les deux partenaires, afin d’accroitre la connaissance mutuelle et la confiance réciproque.

 

Pour plus d’informations, contacter : benjamin.radeau@etudiant.sciencespo-rennes.fr

Publicités