Atelier économie et investissement

Sponsorisé par :

Logo Olmix.png

 

L’ATELIER

L’objectif de cet atelier est d’étudier les dynamiques d’investissement entre la France et la Chine. Nous interrogerons d’une part les défis posés aux investisseurs français en Chine, privés comme entreprises, au regard des modalités, garanties, accompagnements et stratégies disponibles et à mettre en oeuvre, par exemple lors de l’implantations de filiales. D’autre part, nous étudierons les caractéristiques de l’investissement chinois en France, en termes de comportement commercial, de cibles, de recherche d’interlocuteurs pertinents, mais aussi de difficultés posées par la rencontre de culture de la négociation différentes et parfois mal réciproquement comprises.

 

blur-1853262_1920

DESCRIPTIF

 

UNE FRANCE QUI SE POSITIONNE POUR REPONDRE AUX BESOINS DE FINANCEMENT DE LA BRI

Les capitaux mobilisés par le projet de One Belt, One Road sont colossaux : près de 5 000 milliards de dollars, soit, à titre de comparaison, 7 fois plus que les fonds investis dans le Plan Marshall. Pour répondre à ce projet, qui ne pourrait se passer d’acteurs financiers, de nouvelles institutions ont vu le jour, comme l’Asian Infrastructure Investment Bank (AIIB). De plus, la période actuelle se caractérise aussi par une ouverture croissante de l’économie et du secteur financier chinois à l’international. Cela s’illustre par exemple par la signature d’une reconnaissance mutuelle des fonds entre la France et Hong Kong, une première entre la région autonome chinoise et un pays européen, qui est venue s’ajouter à la place de premier plan tenue par les opérateurs français dans les échanges financiers avec la Chine.

 

DES IDE CHINOIS EN FRANCE ENCORE TRES FAIBLES

En plus des fonds mobilisés pour le projet OBOR, les capitaux chinois investis à l’étranger devraient par ailleurs atteindre près de 200 milliards par an d’ici à 2020, conséquence d’un nouveau modèle de croissance chinois davantage  orienté vers la consommation intérieure. Pour les investisseurs chinois, l’idée par de prises de participation en France est alors de pouvoir favoriser l’implantation en Chine d’entreprises françaises, à destination du consommateur chinois issu d’une nouvelle classe moyenne. Pourtant, les investissements chinois ne représentent que 2% des investissements étrangers (IDE) dans notre pays, encore bien peu comparés aux 25% américains.

 

RENFORCER L’ATTRACTIVITÉ BRETONNE DANS LE «GO OUT» DES CAPITAUX CHINOIS

L’expérience l’a montré, la qualité des entreprises françaises attire, et leur permet d’être en mesure de saisir avec succès les opportunités d’investissements de ce « go out » chinois. Le développement de liens financiers entre la France et la Chine, notamment en Bretagne, bénéficie d’ores et déjà de l’implication d’acteurs financiers chinois. Ces investissements chinois ne vont cependant pas sans soulever un certain nombre de questionnements, voire d’inquiétudes, justifiée par des cultures commerciales et de négociation parfois très différentes, sources d’incompréhension voire de rejet.

 

Il s’agit donc de mieux comprendre les opportunités d’investissements offertes en Chine aux entrepreneurs bretons, et ce que recherchent les investisseurs chinois en France, en particulier dans le cadre du projet de la BRI. Surtout, nous chercherons à promouvoir des termes de partenariats réellement « gagnants-gagnants » entre partenaires bretons et chinois, notamment en analysant les stratégies commerciales chinoises en France. Nous nous demanderons ainsi comment armer, accompagner et protéger les investisseurs français intéressés par la Chine, mais aussi comment mieux accompagner les investisseurs chinois en France, par exemple en tenant compte des différences de culture de négociation afin d’éviter les tensions lors des projets d’investissements.

 

LES INTERVENANTS

 

  • Hervé Balusson – Président Directeur Général d’Olmix
  • Sabine Launay – Chargée d’affaires financement à Bpifrance
  • Christian Vincenty – Chargé de mission Chine, Russie, Ukraine, Nouvelles Routes économiques de la Soie à la Mission stratégique et études économiques / Direction générale des Entreprises (D.G.E.) du Ministère de l’Economie et des Finances

 

 

Pour plus d’information, contactez : alexandre.cornet@etudiant.sciencespo-rennes.fr

 

Mots-clés : besoins de financements ; « go out » des capitaux chinois ; attractivité française ; opportunités d’investissement

 

 

 

 

Publicités