Atelier NTIC

Mots-clés : création d’emploi ; e-commerce ; territoire d’innovation ; qualité des produits

 

office-620817

 

Le poids important de la Bretagne dans le secteur des NTIC en France

La Bretagne est le deuxième pôle national dans les télécommunications après l’Ile de France. Ce secteur est également fortement créateur d’emploi en Bretagne : on compte 42 000 emplois dans le secteur, dont 15 000 dans la recherche et développement. Les NTIC en Bretagne se structurent principalement autour de trois pôles de compétence : Rennes, Lannion et Brest. La Bretagne dispose également d’un riche bassin d’écoles supérieures et de formations reconnues internationalement dans ce domaine. La région est ainsi classée au deuxième rang national pour la formation d’ingénieurs en télécommunications et au troisième rang pour les formations dans le domaine plus global de l’électronique, de l’informatique et des communications.

 

La Chine, acteur mondial des NTIC

La Chine est de son côté l’un des tout premiers acteurs des NTIC au monde et ses champions nationaux tels que Baïdu, Alibaba, Tencent ou encore Huawei, sont les équivalents chinois de Google, d’Apple, d’Amazon ou de Facebook. Ces entreprises souhaitent étendre leur pouvoir marché hors des frontières chinoises, à l’exemple du géant Alibaba qui a investi début octobre 15 milliards de dollars en R&D. Si la Chine est le premier exportateur mondial d’ordinateurs portables, de téléphones mobiles et de logiciels, le pays importait toutefois à hauteur de 20 % de ses besoins dans le secteur des TIC en 2014. En Chine, ce sont notamment les technologies du e-commerce qui portent le secteur : l’e-commerce est utilisé par 480 millions de consommateurs sur le territoire, qui tendent à préférer utiliser leurs smartphones pour réaliser leurs achats, ce chiffre est amené à augmenter pour atteindre d’ici 2020, les 890 millions.

 

Les perspectives de coopération entre bretons et chinois

La Bretagne, grâce à ses capacités d’innovation et à son bassin d’ingénieurs, présente donc un intérêt pour les investisseurs chinois à la recherche de technologies innovantes pour le marché chinois. En Chine, quand on parle de produits supérieurs, on fait souvent référence aux produits étrangers, souvent perçus par les consommateurs comme gage de qualité et de sécurité en termes de consommation.

 

Il s’agit donc de promouvoir les capacités d’innovation bretonnes et d’évaluer les opportunités d’un partenariat des entreprises chinoises, tout en maintenant une coopération équitable entre partenaires bretons et chinois.

 

Pour plus d’informations, contacter : julie.barbaron@etudiant.sciencespo-rennes.fr

Publicités