Atelier tourisme

Mots-clés : source de revenus ; montée en gamme du tourisme chinois ; patrimoine méconnu des chinois ; infrastructures touristiques

 

Les chiffres clés du tourisme breton

En 2014, la consommation touristique intérieure représentait 6,6 Md€ soit 8,1% du PIB régional de la Bretagne, alors qu’il représentait 7,4% du PIB à l’échelle nationale. Le tourisme est donc une source de revenus importante pour la région. En 2017, le tourisme en Bretagne a attiré 12,8 millions de touristes et emploie 57 600 personnes (soit 4,8% de l’emploi régional, contre 8% au niveau national, et 12% en Espagne). On note que ces touristes sont principalement français – 85% de la fréquentation en 2014. Les touristes d’origine étrangère représentaient 4,5 millions de nuitées (dans l’hébergement marchand) et sont principalement originaires des pays européens frontaliers à la France : 32 % originaires du Royaume-Uni, 19 % des Pays-Bas et 17 % d’Allemagne.

 

La Bretagne dispose notamment en matière de tourisme de nombreux atouts pour attirer les Chinois. Réputée en Europe pour son riche patrimoine culturel et historique, la Bretagne reste pourtant largement méconnue des chinois de passage en France. Notre pays est à l’heure actuelle la douzième destination touristique pour les Chinois au niveau mondial et la troisième en Europe (elle était première il y a quatre ans), cependant la Bretagne accueille peu de ces touristes.

 

saint-malo-1326316_1920

 

Les dynamiques du tourisme chinois

Les touristes chinois sont pourtant un public à ne pas négliger pour le développement du tourisme en Bretagne. D’abord, parce que les Chinois sont les touristes les plus dépensiers au monde, selon une étude d’Alliance 46.2 sur l’année 2016. Leur panier moyen en France est de 3400 euros, avec une consommation centrée autour des parfums et cosmétiques pour les femmes, et autour de l’épicerie fine, et des vins et spiritueux pour les hommes. D’autre part, la Bretagne dispose d’une carte à jouer car les jeunes Chinois sont de manière croissante à la recherche de voyages et d’expériences personnalisés, et ont tendance à tourner le dos aux grands circuits de voyage traditionnellement prévus pour eux en France. A l’heure actuelle, l’activité touristique en France reste concentrée sur Paris (qui attend pas moins de 5 millions de touristes chinois en 2020) et quelques grandes destinations de province comme le Mont Saint-Michel, la vallée de la Loire, la Côte d’Azur. Toutefois, cette tendance commence à s’inverser auprès des touristes chinois : selon une étude menée par Atout France sur l’année 2016, les millénials chinois (20-35 ans), voyageurs à la recherche d’expériences authentiques, constituent aujourd’hui plus de 60% des touristes chinois voyageant à l’international et devraient encore progresser ces prochaines années.

 

Il s’agit donc d’étudier par quelles stratégies la Bretagne pourrait dynamiser son tourisme, en attirant une nouvelle catégorie de touristes chinois souhaitant voyager de manière plus individualisée, sans pour autant intégrer le territoire dans les circuits touristes de masse aujourd’hui répandus dans certaines régions. Il faudra également se questionner sur la capacité de la Bretagne à prendre en charge ces touristes en termes d’infrastructures et de services.

 

Pour plus d’informations, contacter : alexandre.oger@sciencespo-rennes.fr

Publicités